Coeur de hibou

Coeur de hibou
Auteur

Isabelle Wlodarzyk

Illustratrice

Anne-Lise Boutin

Editeur

Rue du monde – 2013

Catégories : , , Étiquettes : , ,

Un tout jeune louveteau se retrouve orphelin en trois coups de fusil. le hasard de la vie le confie à un hibou qui passait par là. L’oiseau de nuit n’a qu’à ouvrir ses ailes : le voilà devenu père… Un papa hibou qui élève un petit loup : la vie familiale n’est décidément pas calée sur un modèle unique !

Mots-clés : famille, adoption, animaux

Présentation

Cet album est un grand format à la couverture vive et colorée (orange / vert / bleu roi) facilement utilisable en grand groupe pour un contage.

Un hibou assiste impuissant à la mort d’une louve. Il recueille son petit et l’élève comme son fils ; une complicité s’établit entre eux. Le louveteau essaie de se transformer en petit hibou sans succès (plumage / vol/ cris) et, déçu de ne pas y parvenir, s’enfuit pour se cacher. Quand ils se retrouvent, ils se jurent de ne plus se quitter.

Les illustrations en doubles-pages sont magnifiques, entièrement colorées avec le texte très court incrusté dans l’image. La précision des tracés type papiers découpés donne du relief aux scènes représentées. La présence continue de la forêt comme un personnage à part entière la fait ressortir comme une protection contre un milieu dangereux.

Analyse

L’histoire est simple et attachante, portée par les illustrations qui complètent le texte.
D’ailleurs, certains éléments se devinent dans les images avant que le texte ne les aborde : le fusil / le louveteau dans la gueule de sa mère, ce qui permet une attente ou une anticipation.
Quelques changements de couleurs peuvent perturber les enfants : le hibou, vert au départ devient gris, puis bleu puis retrouve sa couleur initiale.

Le récit est écrit en phrases très courtes, avec allitérations et rimes. La disposition du texte en strophes poétiques peut en gêner certains mais il y a beaucoup d’émotion et de délicatesse dans le récit.
Quelques termes seront à expliquer : froufouter / surgir / traquer / tituber / la becquée / à tire-d’aile / parader / hululer / funambule / écorché / s’égarer / en vain / des serments…ainsi que le jeu de mots : à pas de loups

Les personnages sont bien caractérisés : Le hibou est solitaire, affectueux, accueillant, paternel et protecteur. Le louveteau apparaît casse-cou, intrépide, cherchant à imiter son « père » par identification.
Leur relation est fusionnelle, au point que le petit se confectionne des costumes de feuilles pour ressembler à son père de substitution.
Leur ressemblance se fait même dans le langage : « Le petit babillait. Mi loup, mi hibou. Jusqu’au jour où il lança son premier hou-hou… Le cœur du hibou se serra et le petit loup se blottit contre son papa ».Ce cri étant à la fois celui du hibou et celui du loup, la confusion est maintenue pour la satisfaction des deux animaux.

Ce texte relance le débat sur l’inné ou l’acquis / l’être et le paraître / l’acceptation de soi / comment se construire une identité…..
En revanche, le problème de l’adoption n’est pas abordé clairement : faut-il prendre l’autre comme il est ou chercher à ce qu’il devienne semblable à soi ?

Pour accompagner la lecture

Voici quelques ouvrages qui pourront être abordés en relation avec cet album :

• Billy Billy de Chen Chih Yuan chez Casterman (2005)
est une superbe histoire d’une cane adoptant un crocodile en abordant toutes les difficultés de cette situation.

• Mon petit poussin vert de Adèle Sanson et Anke Haust Editions Nord Sud (2010)
où il est question d’un jars adoptant une petite créature verte qui ne lui ressemble pas du tout !

• Bébés chouettes de Martin Waddell et Patrick Benson Ecole des Loisirs (1993)qui aborde la séparation mère/enfants et la protection maternelle