Le petite fille et la souris

Le petite fille et la souris
Auteur

Christine Naumann-Villemin

Illustratrice

Marianne Barcilon

Editeur

Ecole des loisirs – Kaléïdoscope – 2012

Catégories : , Étiquettes : ,

Une petite fille et une souris ont été les protagonistes d’une même aventure il y a bien longtemps, et pourtant leurs histoires n’ont rien à voir. Comment un même événement peut-il être vécu aussi différemment ? Bah, chez les souris comme chez les petites filles, c’est le point de vue qui fait le récit !

Mots-clés : point de vue, dent

Présentation

Dans la même maison vivent une famille d’humains et une famille souris.
De chaque côté, une maman raconte un épisode de sa vie d’enfant-humain ou d’enfant-souris à ses enfants. En même temps, la fillette va rencontrer une souris qui s’aventure chez les humains. C’est un bel ouvrage qui raconte une rencontre entre deux personnages dans le cadre d’une autre narration. Son accès sera donc délicat et nécessitera sûrement une relecture accompagnée pour en saisir toute la saveur, la tendresse et l’humour. L’expression des sentiments et des émotions si différents permet de comprendre les perceptions d’un même événement selon la place où l’on se trouve.

Analyse

Cet album aborde la notion de point de vue, celui des souris et celui de la fillette.
La première double page est importante car elle permet de situer et de faire démarrer l’histoire : page de gauche, la maison côté humains (fenêtre allumée au rez-de-chaussée et texte écrit en haut de la page) / page de droite, la maison côté souris (sous-sol allumé et texte écrit en bas de page en police plus petite).
Les pages suivantes seront des zooms de ces deux premières mais la convention restera la même et aidera à comprendre qui parle.
Il est également primordial de bien noter que ce sont les mamans qui racontent un épisode de leur vie d’enfant. Ce sont donc des voix d’adultes qui se mettront sur des images d’enfants.

L’album raconte une histoire (la rencontre entre une fillette et une souris) dans l’histoire (la narration de cet épisode par les mamans) qui va être déroulée dans ce livre en tenant compte qu’il y a aussi un décalage de génération : c’est la grand-mère souris qui a rencontré la maman humain (espérance de vie de ces deux espèces oblige !!!).
Après cette présentation, le sens de lecture va changer puisque le livre va être tenu alternativement soit verticalement pour respecter la hauteur de la maison et les mouvements entre les deux niveaux d’habitations soit horizontalement pour établir le face à face entre les deux personnages puis entre les deux familles.

Le lexique utilisé n’est pas forcément celui des élèves : un rai de lumière / un museau sournois / desyeux cruels / des dents aiguisées / une aïeule…. Il faudra donc l’expliquer avant ou pendant la lecture.
La notion de point de vue implique de bien mettre en parallèle les expressions relevant des deux personnages pour les opposer : la fillette trouve la souris « dégoûtante » alors que pour la souris, elle est « une fée magnifique » / « elle hurle de peur » contre « elle crie de joie »…. On pourra ainsi suivre l’évolution des sentiments des personnages au fil de l’histoire et expliquer que l’on peut aussi pleurer de joie.

Attention également aux interventions des enfants à qui la maman raconte l’histoire, qui se
mêlent à l’histoire et ne sont pas identifiés. On peut se poser la question de qui parle dans les pages 9 / 13 / 15 / 21/ 23. Cela permettra de bien comprendre que c’est la même histoire qui a été vécue par les deux personnages mais que l’interprétation de chacun diffère selon ses références personnelles.

La fin ouverte peut trouver sa réponse dans l’illustration. Marianne Barcilon accompagne ce texte par des images en tons pastel qui donnent de la douceur au récit et développe bien les expressions des protagonistes.

Pour accompagner la lecture

Le duo Naumann/Barcilon a déjà édité Le rendez-vous de la petite souris dans la même collection autour de la ruse de la souris pour échapper au chat, ouvrage qui joue également avec la notion de point de vue à travers leurs échanges épistolaires. Un complément agréable qui renverra aux techniques d’illustrations mises en œuvre.