Le slip de bain ou les pires vacances de ma vie

Le slip de bain ou les pires vacances de ma vie
Auteur

Charlotte Moundlin

Illustrateur

Olivier Tallec

Editeur

Père Castor – 2011

Catégories : , Étiquettes : ,

Chère Maman, J’espère que tu vas bien. Ici il fait très beau et je m’amuse. Je mange tout ce que Mamie prépare, surtout les légumes verts. Aujourd’hui, on va à la piscine. Mamie a dit : «N’oubliez pas vos slips de bain!» Ça me fait trop marrer qu’elle appelle les maillots comme ça.

Mot-clés : journal, initiation

Présentation

Michel, 8 ans, doit partir chez ses grands-parents pour y passer ses vacances avec ses cousins. A l’angoisse de la séparation s’ajoutent les retrouvailles avec les cousins plus grands que lui, le Papy qui lui fait un peu peur et le grand rite familial des 8 ans : sauter du plongeoir.
Ce récit se fait sous la forme d’un journal de bord que l’enfant écrit à sa maman en essayant de la rassurer et en lui relatant les événements de ses journées.
C’est un album très tendre et teinté d’humour qui fait apparaître les questionnements de l’enfant face la réalité des « premières fois » qui angoissent mais font grandir.

Notre analyse

Cet album est un récit initiatique à la manière du P’tit Nicolas. Comme les aventures de ce dernier, on est projeté dans les années 1960 et cette connotation historique et sociale ne fera pas forcément sens pour les enfants d’aujourd’hui : contrastes des générations, opposition ville-campagne, notion de « maison familiale avec réunion de cousins».Il faudra peut-être repasser par des films, des albums qui permettront d’illustrer ce contexte ou l’expliquer aux enfants..

Le récit est présenté sous la forme d’un journal de bord incluant l’écriture de la lettre à la maman, lettre qui va évoluer au long de la semaine. Il faudra donc y lire à la fois le récit des aventures de chaque journée avec les émotions et sentiments de l’enfant mais également l’évolution des relations entre les grands-parents et l’enfant et interpréter les ébauches de lettres rédigées chaque jour (pourquoi certains mots sont-ils barrés ? Pourquoi la lettre va-t-elle diminuer plutôt que s’allonger ? Les écrits sont-ils en accord avec ce qui s’est réellement passé ?..).
Parallèlement se construit l’approche de l’épreuve initiatique du plongeon avec les angoisses associées. Un arrêt autour de ce moment crucial est indispensable. On peut demander aux enfants d’imaginer comment l’enfant va se sortir de cette situation. On peut également réfléchir à la notion d’intention : comment utilise-t-il la situation fortuite de la perte de la dent ? On pourra enfin laisser les enfants s’exprimer sur les impressions de ridicule, de honte, de fierté et sur la façon dont le franchissement d’étapes nous fait grandir.

Les illustrations

Les illustrations d’Olivier Tallec sont très tendres et souvent en pleines pages plus présentes que le texte qu’elles accompagnent joliment. Elles permettent de donner un petit côté humoristique et rétro à cet ouvrage qui apparaît comme un album de photos de vacances heureuses dans lequel se mêlent portraits et attitudes bien campés sur fond de paysages et d’espaces sereins et vivifiants.

Pour accompagner la lecture

On pourra mettre ce livre en relation avec Nartouk, le garçon qui devient fort de Jorn Riel chez Bayard pour aborder cette notion d’initiation et relire aux enfants des histoires du P’tit Nicolas de Sempé et Goscinny.
On peut également lire ou faire lire Swimming Poule Mouillée de Guillaume Long Edité à la joie de lire, une BD qui reprend le thème du plongeon qui fait peur.