Chère Bertille… Et la lune en gruyère

Chère Bertille… Et la lune en gruyère
Auteur

Clémentine Mélois

Illustrateur

Rudy Spiessert

Editeur

Ecole des loisirs – coll Mouche – 2019

Catégories : , , Étiquettes : ,

Bertille a huit ans et un rêve : aller sur la lune. Comme c’est une petite souris déterminée, elle écrit à M. Pavel, dont l’arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère Laïka était une pionnière de l’espace. Mais lui, qui est pâtissier, connaît très bien le gâteau aux myrtilles, pas trop les fusées spatiales. Par contre le petit-fils de sa voisine, Younès, lui est un super bricoleur. Et bientôt, c’est toute la ville qui se prépare au décollage.

Mots-clés : espace, solidarité

Présentation générale

La quête de la souris va la mener à écrire, outre à M. Pavel, à Younès un petit garçon bricoleur, à Mme Villanova, une cantatrice, et à M. Waddington, un journaliste. Ces différents personnages vont lui donner des conseils plus ou moins saugrenus pour organiser son voyage et lui donner leurs avis plus ou moins éclairés sur les caractéristiques de la lune, qui attire Bertille avant tout car elle pense qu’elle est en gruyère, ce dont elle raffole. Au fil des échanges, des aventures se mettent en place, aboutissant ou non, mais qui réunissent des personnes différentes et animent la ville.

Notre analyse

Ce petit roman épistolaire correspond bien aux compétences des jeunes lecteurs : courtes lettres, rédigées simplement et accompagnées de dessins explicatifs.
La variété des interlocuteurs de Bertille donne un ensemble foisonnant dont on peut extraire deux grands thèmes qui questionnent Bertille : la préparation du voyage sur la lune (Comment ne pas avoir de buée dans mon casque ?) et les questions qu’elle se pose sur les caractéristiques physiques de cet astre (Est-elle vraiment en gruyère ? Les volcans crachent-ils encore du feu ?). Même de jeunes enfants devraient pouvoir être sensibles à la « candeur » des questionnements ou des hypothèses de cette petite souris, ce qui donne au texte une saveur humoristique indéniable.
Le saut d’une lettre à l’autre fait en outre intervenir des personnages un peu loufoques qui insèrent dans le récit de l’expédition des anecdotes amusantes car ils ont tous une monomanie : la pâtisserie, le bricolage, le chant d’opéra…
Le personnage de Bertille est attachant en petite fille dynamique qui veut se lancer dans des projets délirants mais reste dans ses réalités de petite fille : la gourmandise, son anniversaire, ses vacances avec ses parents… et ses rêves ! On peut y voir un éloge du projet, de la curiosité, de l’enthousiasme et de l’imagination. On peut y lire également un éloge de la recherche et de ses tâtonnements, qui donne au personnage central la force de repartir quand son projet échoue.
Il faudra aider les enfants à démêler les références exactes (Laïka, la chienne de l’espace, informations portées sur les timbres des lettres, noms de certaines parties de la lune, vérités sur la nature du sol de la lune, l’entraînement des astronautes…), des élucubrations qui relèvent de l’humour ou de références de BD (la fusée de Tintin) ou de publicités (la vache sympa / Bollywood chewing-gum…). L’ensemble se lit facilement et les illustrations en disent plus que le texte, en l’enrichissant, même si parfois elles le contredisent :
P10 : texte : « j’ai été interrompu par une affaire urgente » / dessins : un coup de boule de bilboquet sur la tête.
P21 : texte « Je viens de me souvenir que j’avais beaucoup de travail » / dessin : il regarde un film en mangeant des gâteaux.
P39 : texte : « un discours très émouvant de Mme le maire » / dessin : tout le monde s’endort.
L’ensemble est aéré et gai : traits de crayons dynamiques, couleurs vives, détails truculents qui permettent une lecture précise des divers éléments et contribuent à l’humour du récit.
La forme épistolaire peut surprendre les enfants qui ne sont guère habitués à recevoir ou écrire des lettres. Elle est néanmoins très compréhensible. Elle est également complétée par des textes de typologie variée comme une recette de cuisine, une notice de bricolage, un article de journal.
On peut regretter que des erreurs orthographiques aient été glissées dans les dessins comme sur la couverture (aLumettes / Tomme). Même si cela peut concourir au comique d’écriture de Bertille, cela n’ajoute pas grand chose à l’histoire.

L’aventure se termine par une fête au village sans le décollage de la fusée… mais avec le lancement du prochain épisode.
En référence à Jules Verne, on va donc aller « De la terre à la lune » (sur la couverture) au « Voyage au centre de la terre » (dernière image du livre). Car il ne faut pas oublier que ce livre est le tome 1 d’une série autour de Bertille dont la suite ne saurait tarder à être publiée.

Pour prolonger la lecture

On peut faire le lien avec d’autres petits romans sur la vision de l’espace chez les jeunes enfants comme « Allo, Vénus ? » de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet aux Editions Thierry Magnier

ou sous forme épistolaire comme Chers Maman et Papa : Cartes postales du suricate, de Emily Gravett , Kaléidoscope (2006)

 

 

 

ou Lettres à plumes et à poils, Philippe Lechermeier, Delphine Perret, Thierry Magnier (2011)

ou encore Lettres à pattes et à poils : Et à pétales, Thierry Magnier (2014)

.