L’espionne

L’espionne
Auteure

Marie-Aude Murail

Illustratrice

Eglantine Ceulemans

Editeur

Bayard presse – 2021

Comme métier plus tard, je veux faire ESPIONNE, mon frère m’appelle 007 comme James Bond. Donc il faut que je m’entraîne.

Romarine a fondé un club d’espionnage avec cinq garçons de sa classe et elle compte bien élucider tous les mystères de son quotidien : Qui est la nouvelle copine de son frère Noël ? Quel est le prénom de Mme Maillard, la maîtresse ? La poupée Diva Glamour cache-t-elle un dangereux clone ?

Pour le savoir, Romarine va devoir écouter aux portes, fouiller dans les affaires des autres, et même parfois cacher la vérité aux adultes…

Mots-clés : fratrie, famille

Présentation

Ce livre, édité en 2021, reprend trois aventures de Romarine publiées d’abord dans le magazine « J’aime lire » puis déclinées en petits livrets brochés chez Bayard Presse.

En effet, le personnage de l’espionne est né en 2001 mais était alors illustré par Frédéric Joss. Eglantine Ceulemans lui donne aujourd’hui un nouveau look adapté à notre époque tout en lui gardant son esprit frondeur et aventurier.

Cette année a aussi vu naître en juin dernier une Bande Dessinée de L’espionne réalisée par la même dessinatrice et publiée chez BD Kids :

C’est un succès qui n’a pas d’âge et qui va se prolonger avec de nouvelles aventures prévues en 2022. Ce livre est donc l’occasion, pour les enfants qui n’étaient pas nés il y a vingt ans, de faire la connaissance de Romarine avant d’avoir accès aux nouveaux épisodes écrits dans la continuité.

Bien qu’apparaissant un peu épais (108 pages), ce livre comprend trois histoires distinctes d’une quarantaine de pages, chacune étant divisée en cinq courts chapitres. Le tout est largement illustré par des dessins colorés et vifs qui donnent du dynamisme au récit et permettent aux enfants une représentation de ce qui est lu. Cet ensemble correspond aux compétences de lecture des enfants de CE1/CE2 qui peuvent lire chapitre après chapitre, à leur rythme. Cerise sur le gâteau, les lecteurs peuvent se référer à un site indiqué au début du livre sur lequel l’autrice, Marie-Aude Murail, lit les histoires.

Notre avis

Ces histoires tournent autour de trois personnages principaux : Romarine, inventive et curieuse, Noël son grand frère, très décontracté et plein d’humour et Alizé sa grande sœur, l’adolescente rebelle. Le cadre d’évolution est essentiellement la famille avec des parents un peu dépassés par leurs enfants qui se querellent souvent mais font aussi front contre eux. Les scènes familiales sont sympathiques et bien croquées et les parents y font preuve de beaucoup de tolérance et d’amour.

L’école se trouve aussi au centre des aventures de Romarine, avec ses amis de classe, la maîtresse, les anniversaires et les événements du quotidien.

L’héroïne est éminemment sympathique et jamais parfaite, genre de Fifi Brindacier qui amène une identification facile pour le lecteur. Elle casse les stéréotypes genrés car ses amis sont surtout des garçons avec lesquels elle va fonder son club d’espionnage et se trouve en marge des jeux de filles qu’elle s’amuse à détourner.

Marie-Aude Murail étant une grande professionnelle de la littérature de jeunesse, elle écrit dans un langage simple, accessible aux jeunes lecteurs avec des pointes d’humour et des clins d’œil aux références des enfants : Harry Potter (les serviettes de l’anniversaire), Tom Tom et Nana (les assiettes), Boule et Bill (la BD) et parfois à celles de leurs parents : James Bond (OO7 est le surnom de Romarine), voire grands-parents comme Fantômette (livres plus anciens).

Chaque aventure se fonde sur un thème qui est décliné au niveau de vie de l’enfant et qui permet de réfléchir ensemble à l’issue de l’histoire.

Histoire 1 : L’espionne
Romarine va découvrir que sa grande sœur fume en cachette avec sa copine et que son frère a une amoureuse qu’il embrasse « comme dans les films ».
Des éléments sont insérés dans le récit pour alerter sur le tabac et les problèmes de santé sans alourdir le texte mais en créant une situation qui va bien sûr dégénérer. Car en voulant « sauver » sa sœur des maladies futures et hypothétiques, Romarine va créer une scène qui aboutira à un trou de cigarette dans le tapis du salon elle-même suivie d’une collaboration de la fratrie pour cacher le forfait et les bavures de ses interventions.

Histoire 2 : l’espionne fonde son club
Romarine fonde un club d’espions avec ses cinq amoureux. Pour résoudre une question simple, connaître le prénom de la maîtresse, elle dote ses co-équipiers d’outils adaptés à leur mission : une paire de jumelles, un magnétophone et un code de communication. Mais rien ne fonctionne comme prévu et cela tourne à la punition.

Histoire 3 : l’espionne déclône
Invitée pour la première fois à une anniversaire « de filles », Romarine va se révéler incapable de jouer à la poupée comme les autres et déclencher une cascade d’incidents. Elle finira par rentrer chez elle et, pour se différencier de ses amies, transformera sa propre poupée en poupée « pétard » afin qu’elle ne ressemble à aucune autre. C’est la question des jeux stéréotypés qui est ici abordée et l’impossibilité pour une enfant telle que Romarine d’entrer dans une case pré-établie par son sexe.

L’ensemble se lit très bien, est amusant, dynamique et gentil et vu à hauteur d’enfant. C’est toujours en cherchant à inventer ou à faire le bien que Romarine déclenche des catastrophes, le plus souvent humoristiques. Il n’y a jamais de méchanceté mais une volonté d’être soi-même et de satisfaire toutes les questions de cet âge. C’est une entrée dans la lecture longue qui est facile et agréable.

Les dessins servent bien le récit. Ils y prennent une large place, parfois en pleine page, parfois en demi ou quart de page en illustrant les moments-clés comme les chutes, les altercations ou les émotions. Simples et colorés, ils accompagnent la tonalité humoristique et rythme la lecture en créant des respirations.

C’est une série qui plaira autant aux enfants qu’aux parents par sa simplicité et sa drôlerie. On aimerait tous avoir une petite Romarine à la maison…..même si cela ne doit pas être reposant !

Pour en savoir plus

Marie-Aude Murail raconte la genèse de son personnage de l’espionne dans un entretien accordé à la librairie Tiers Temps d’Aubenas)

Mise en réseau

On pense forcément aux aventures du Petit Nicolas, à celles de Fifi Brindacier ou de Fantômette ainsi qu’à d’autres livres plus récents comme Les aventures extraordinaires de tous les jours de Claude Gutman.

Mise en ligne – Décembre 2021