Othello, le chien de 9heures 28

Othello, le chien de 9heures 28
Auteure

Aurélie Magnin

Illustratrice

Charlotte Meert

Editeur

Alice jeunesse-2021

Fab, jeune garçon de 9 ans, prend, tous les samedis, le train de 9 heures 28. C’est dans ce train qu’il a rencontré Othello. Avec lui, il passe d’excellents moments en toute discrétion… car Othello est un chien. Un chien un peu particulier puisqu’il est télépathe. Fab s’amuse beaucoup avec son ami canin à « écouter » ce qui se passe dans la tête des voyageurs. Jusqu’au jour où ils entendent un passager qui envisage visiblement de tuer sa collègue ! Fab et Othello ne peuvent pas rester sans rien faire. Alors ils décident de suivre cet inconnu jusqu’à son lieu de travail…

Mots-clés : amitié, lien homme-animal

Présentation

Ce court roman pour petits lecteurs joue avec l’écriture du policier. En voulant empêcher le présumé meurtrier de tuer sa collègue, l’enfant et le chien agissent de façon impulsive, sans réfléchir, et créent ainsi des mini-événements qui sont drôles et touchants. Ils arrivent néanmoins à éclaircir la situation et à sauver la face du journaliste mis en cause. Le plus difficile sera de faire comprendre à la maman l’impérieuse nécessité qu’ils avaient à intervenir.

Notre avis

Othello, le chien de 9 heures 28 fait partie de la collection PRIMO des éditions Alice Jeunesse dans laquelle sont publiés de courts romans illustrés très bien adaptés aux petits lecteurs.
Découpé en sept chapitres de quatre à cinq pages chacun, fortement illustrés par des dessins de pleine page ou d’insertion dans le texte, c’est une lecture facile, bien structurée et aisée à comprendre.

La trame de cette histoire joue sur un quiproquo de parole qui va entraîner les deux amis à mener une courte enquête. Mais le cadre général est plus riche puisqu’il s’appuie sur la communication par télépathie. En effet, le chien, Othello, que Fab a connu dans le train qu’il prend régulièrement avec sa maman, non seulement est capable de parler mais aussi de lire dans les pensées des personnes. C’est un beau jeu pour s’occuper durant le trajet est de se promener dans le train qui devient pour eux un laboratoire pour tenter de connaître les préoccupations d’autrui.

Cette première partie qui détaille leur déambulation entre les rangées de sièges est amusante et bien vue. Ils y trouvent les têtes vides de ceux qui regardent leur téléphone portable, les têtes remplies d’histoires de ceux qui sont en train de lire des livres , les têtes de ceux qui comptent, qui chantent ou qui sont perdus dans leurs pensées. Le duo va faire des commentaires, écouter les histoires ou essayer de concurrencer le calculateur…Un beau panel de passe-temps des adultes détaillé à hauteur d’enfant avec humour et délicatesse.

Mais quand ils détectent un homme qui parle d’éliminer sa collègue assise quelques rangs devant lui, les voilà qui passent à une deuxième phase où ils veulent éviter le drame qui se profile. C’est alors que l’on bascule dans la partie qui devrait être plus « policière » mais qui tourne vite à une succession de situations catastrophiques qui amuseront les enfants. Leur maladresse débouchera quand même sur une issue positive qu’ils seront fiers d’avoir trouvée.

Quand l’aventure est terminée, il faudra retourner au train et à la réalité. Et l’autrice a la finesse de trouver une fin originale qui forcera les enfants à réfléchir sur le personnage de la mère. Celle-ci a de bonnes raisons de ne pas disputer ni son fils ni le chien puisqu’elle est elle-même télépathe!

Les illustrations sont nombreuses, tracées à l’aquarelle, de grande taille, en pleine page ou au travers du texte, dans des tons doux et chaleureux. Ils accompagnent bien le récit en étant une aide au jeune lecteur autour des moments-clés et des expressions des personnages. C’est un plaisir de feuilleter ce petit ouvrage qui assemble fort bien texte et dessins. La couverture qui se déploie sur la première et la quatrième donne du volume au dessin et note les deux moments-clés de l’histoire.

L’illustratrice, Charlotte Meert, a un blog où vous pouvez retrouver les esquisses de ses dessins

C’est un petit roman d’amitié entre Fab et le chien qui permet de comprendre que les intentions des autres ne sont pas toujours celles que l’on croit. L’aventure est bien menée, amusante et se lit avec plaisir.

On retrouve Fab et son chien téléphathe dans un deuxième tome, L’homme maudit

Othello - L'homme maudit

 

 

Mise à jour, septembre 2022