Bao et le dragon de jade

Bao et le dragon de jade
Auteur

Pascal Vatinel

Edition

Actes Sud Junior – 2010

Catégories : , , Étiquette :

Fleur de Printemps aime les légendes que lui raconte son grand-père au cours de leurs promenades dans Pékin. Le pendentif qui orne le cou de l’enfant inspire au vieil homme celle de Bao, un jeune garçon originaire d’un village prospère et célèbre pour ses gisements de jade. Il lui raconte alors comment les villageois ont provoqué la colère d’un dragon dévoreur de la pierre précieuse et comme il a fallu du courage à Bao pour l’affronter !

Mots-clés : Asie

Présentation générale

Un petit roman d’aventure dépaysant qui ouvre sur les mystères des légendes chinoises. Les personnages sont attachants, les situations sont insolites. Le courage et la sagesse restent les ressorts essentiels pour progresser tout au long du récit.

Notre analyse

Cette histoire est un récit initiatique classique qui marque la transformation d’un jeune héros grâce au voyage et aux épreuves qu’il rencontre. Le récit est dynamique, facile à lire, il ne pose pas de problèmes spécifiques de compréhension.

Il existe différents niveaux d’interprétation des éléments déclencheurs du conte :
– les habitants de Yulong gardent leur secret pour ne pas partager (richesse exclusive)
– à force d’exploiter la mine, les habitants de Yulong épuisent la terre (problème écologique)
– le jeune Bao doit sauver le village (initiation simple)

Un des intérêts du conte est qu’il n’y a pas vraiment de « méchant ». Le faussaire a certes affamé le village mais il a des circonstances atténuantes. Les habitants du village ont une part de culpabilité dans leur malheur.
L’histoire ne joue pas sur des stéréotypes. La narration n’impose pas un sens de compréhension unique. L’histoire invite le lecteur à construire son propre jugement sur les raisons, les circonstances qui ont mis en place les différentes situations.

La situation narrative est originale, puisqu’il s’agit de resituer le conte dans un contexte proche du lecteur qui met en valeur la relation entre un grand-père et sa petite fille. Le grand-père est un sage, les proverbes qu’il utilise le montrent. Il sera amusant de les relever avec les enfants (« Certaines choses peuvent être inutiles et creuses malgré leur bel aspect extérieur »(p9), « Le canard sur l’eau, en surface il est calme mais il bouge en dessous »(p74)…). Le moine est également un sage.

On pourra, avec des lecteurs confirmés, s’interroger sur l’art de raconter du grand-père. En effet, les pauses qu’il ménage dans sa narration ne sont pas dues au hasard. Elles laissent en suspens l’auditoire et interrogent notamment la petite fille sur les causes de l’arrivée du dragon (p30 : la vengeance de la terre), le rôle du personnage adjuvant (p54 : les écrits sur bambou) et la chute du récit (l’absence d’un vrai dragon)

Pour prolonger la lecture

                                        

La plupart des romans de P. Vatinel se situent en Chine. Vous trouverez sur son blog de nombreuse suggestions de romans jeunesse.