Des bleus au cartable

Des bleus au cartable
Auteure

Muriel Zürcher

Illustrateur

Sébastien Frelon

Editeur

Didier Jeunesse – 2020

La rentrée en sixième n’est pas toujours facile. Dès le premier jour, Ralph fait de Lana son bouc émissaire et tous les moyens sont bons pour la tourmenter. Zélie, elle, préfère regarder ailleurs ; pas question d’être une balance, surtout quand on veut être aimée et populaire dans sa classe.
Lana va-t-elle se laisser faire ?
Et pourquoi Ralph agit-il ainsi ?
Tour à tour, Lana, Ralph et Zélie racontent l’histoire.

Mots-clés : harcèlement, violence

Présentation générale

Zélie, Lana et Ralph entrent en 6ème. La maman de Lana, mère célibataire, gagne chichement sa vie en vendant des bijoux sur les marchés. Lana n’a pas les moyens de s’acheter le cartable à la mode ni les baskets neuves conseillées par le collège. Ralph, lui, est amoureux de Zélie. Il appartient à un milieu très privilégié mais ses parents étant souvent absents, il est livré aux violences d’un grand frère qui ne le laisse jamais tranquille. Dès le jour de la rentrée, sans raison apparente, Ralph commence à cruellement harceler Lana. Quant à Zélie, elle détourne le regard. Car il n’est pas question d’être une « balance » aux yeux des autres. Comment Lana va-t-elle se sortir de cette situation ?

Nos commentaires

C’est un roman à trois voix. De septembre à novembre, les trois enfants racontent l’histoire de leur point de vue, celui du harceleur, de la personne harcelée et celui du témoin. Tout est dit dès la première phrase : « Devenir populaire c’est pas si facile. ».Et c’est pourtant la préoccupation première quand on arrive au collège. Ralph fait tout de suite de Lana son bouc émissaire. Zélie fait celle qui ne voit rien parce qu’il est hors de question de dénoncer un camarade. Lana va-t-elle se laisser faire ? Zélie va-telle assumer le fait de continuer à ne pas s’en mêler lorsque Lana, suite à une bagarre avec Ralph, risque un conseil de discipline ? Ce roman est très en phase avec les préoccupations des jeunes adolescents : Etre « populaire » et pas « looser ». Ne pas être traité de « balance » quelle que soit la situation. Mais à quel prix ? Et jusqu’où ? Et il pose une parole juste et nécessaire sur un thème souvent passé sous silence : le harcèlement en milieu scolaire. L’écriture est sobre et fluide, le récit bien construit et dynamique. On entre très vite en empathie avec Lana. Il y a du suspense, de l’émotion, des attentes : Que va-t-il lui arriver ? Pour quelle raison Ralph s’acharne-t-il ainsi sur elle ?

Autour des trois enfants, les personnages adultes sont intéressants. Certains sont faillibles (et donc humains et crédibles…), ils ne voient d’abord rien de ce qui se passe comme les parents de Ralph. Certains se trompent, ne réagissent pas comme il le faudrait puis le reconnaissent et corrigent leur attitude : c’est le cas de la principale du collège. D’autres sont des adultes solides qui réussissent à aider et à protéger les enfants en les incitant à penser par eux-mêmes, en leur permettant de devenir plus autonomes, en les engageant à assumer leurs responsabilités. Ce sont la maman de Léna, celle de Zélie, et aussi la vieille dame aux chats qui « embauche » Lana pour lui permettre de gagner un peu d’argent et de prendre confiance en elle. Et puis, bien sûr, ce sont les intervenants qui,suite à cette histoire, vont mener au collège des ateliers contre le harcèlement. Ils vont permettre aux enfants, en se mettant tour à tour dans le rôle de la personne harcelée, du témoin, et, plus difficile, dans celui du harceleur, d’apprendre à se défendre, de trouver des solutions à des situations d’une grande violence dont il est souvent difficile de parler aux adultes.

Zélie est un personnage essentiel. C’est elle qui va engager les aveux, qui, aidée par la parole de sa mère, va se remettre en question et « faire bouger les lignes ». En partageant la lecture de ce roman avec de jeunes lecteurs, on pourra mettre en évidence les souffrances que peut infliger aux autres la culture ado des « vannes », des sarcasmes et des moqueries. Et le danger des pressions genrées qui pèsent souvent sur les garçons, poussés à devenir des petits durs et à cacher leur sensibilité. C’est ainsi que Ralph, lui-même victime de son frère aîné, occulte sa souffrance, refoule sa honte et reporte toute sa colère sur Lana.

Le livre se termine sur une situation apaisée où chacun des enfants a conscience d’avoir grandi. Zélie et Ralph pourront rester amoureux puisque Ralph aura mis des mots sur sa culpabilité et que ses parents seront redevenus protecteurs. Lana, elle, pourra enfin sortir de son isolement et construire les nouvelles amitiés qu’elle sera désormais en mesure de se choisir.

Ce roman peut être qualifié de « pédagogique » en ce sens, qu’aussi intéressant qu’abordable, il fera forcément réfléchir les lecteurs pré-ados sur leurs comportements et sur ceux de leurs camarades, sur les situations de harcèlement dont ils peuvent être victimes sans oser en parler, sur les réactions à avoir lorsque l’on est témoin de violences sur autrui. C’est aussi un livre qui met en évidence le rôle nécessaire et important des équipes éducatives et de l’administration scolaire face au problème du harcèlement. Et le rôle non moins important des parents qui se doivent d’être attentifs et ouverts au dialogue.

Un livre important et un grand plaisir de lecture !

Pour accompagner la lecture

Pour en savoir plus sur l’auteur :

Rendez-vous sur son site 
Muriel Zürcher explique ce qui a présidé à l’écriture du livre dans une vidéo  

Pour une lecture en résonance : 

Le  livre de Roger Judenne, Unique témoin, chez LIRE ET PARTIR pose la question du témoignage face à une agression : Si l’on témoigne, est-on un délateur ? Unique témoin - broché - Roger Judenne, S. Poinsot - Achat Livre | fnac
Le livre Isis, 13 ans, 1,60m, 82 kilos de Sophie Rigal-Goulard traite également du harcèlement. Comme le titre l’indique le harcèlement est cette fois lié au physique. Amazon.fr - Isis, 13 ans, 1, 60 m, 82 kilos - Rigal-Goulard, Sophie - Livres

Article mis en ligne le 19.11.2020