Les tisseurs de rêves – Manel et les mélodies secrètes (t1)

Les tisseurs de rêves – Manel et les mélodies secrètes (t1)
Auteure

Manon Fargetton

Editeur

Rageot-2021

Manel fait beaucoup de sacrifices pour devenir une grande violoniste. Elle néglige ses camarades, même Anouck et Liam qui ont des pouvoirs magiques et qui partagent son secret. Grâce à son violon, Manel peut modifier la réalité ! Mais quand des événements anormaux se produisent dans son école, Manel ne peut plus rester à l’écart… Il y a un quatrième Tisseurs de rêves et il a besoin d’aide.

Mots-clés : amitié, solidarité

Présentation

De l’action, des personnages attachants, des situations insolites, du mystère et de l’angoisse … Un récit palpitant et bien rythmé, un bon moment de lecture !

C’est d’abord l’histoire d’une fille pas très sympa. Manel est douée pour le violon et passionnée par son art. Elle ne pense qu’à jouer, cela lui suffit. Elle n’éprouve que très peu d’empathie envers les autres et se montre distante. Elle a conscience que son violon lui confère un pouvoir étonnant en lien avec son imagination et ses envies. Elle l’utilise à l’instinct, juste pour dominer.

Manel sait que deux élèves de la classe, Anouk et Liam possèdent également des dons étranges. Elle n’en a cure jusqu’au jour où des évènements incroyables telles une rentrée des classes en pyjama ou une pluie de cacahuètes (il fallait y penser) se produisent. Elle est alors amenée à se rapprocher de ses camarades et à chercher avec eux le quatrième larron capable d’agir ainsi sur le réel.

L’identification de Victor, l’auteur des perturbations ambiantes, n’est qu’une étape. Manel et ses amis vont devoir intervenir à plusieurs reprises pour parer aux dangers initiés par les rêves de Victor. Au fil du récit Manel apprend à mieux se connaître. Elle apprécie le fait d’être avec d’autres pour réfléchir et agir. Elle apprend la solidarité. Elle devient plus réfléchie, plus critique aussi sur sa vie.

Les tisseurs de rêves est une série prévue sur quatre tomes pour quatre héros au pouvoir particulier. Manel est le personnage clé du premier tome de la série. Le deuxième tome (paru en janvier 2022) est consacré à Anouk (Anouk et les liens). Le troisième tome concernera Liam (Liam et les dessins magiques). Enfin le dernier tome évoquera plus particulièrement Victor, le dernier enfant du groupe.

Notre analyse

L’histoire de Manel se déroule sur deux plans, sa vie ordinaire autour de sa famille et de sa passion pour la musique, sa vie extraordinaire avec son pouvoir dont elle n’envisage pas encore les enjeux.

Manel et la musique

La musique est un élément fort du récit. Manel est née dans une famille de musiciens. Son papa est chef d’orchestre. Sa maman, ancienne concertiste, est maintenant prof de guitare. Ses deux demi-frères et sœurs sont musiciens professionnels. Son grand frère ne joue plus mais a pratiqué le violoncelle. Il semble presque logique que Manel ambitionne de devenir « la plus grande violoniste du monde ». Elle adore la musique. Elle joue dès qu’elle le peut. Le matin au réveil, le midi seule dans la classe, le soir à l’école de musique. Pas de temps libres, pas d’autres loisirs. Manel ne quitte pas son violon.

Il faut dire que sa mère lui rappelle sans cesse son ambition et les contraintes qui y sont liées (« Dans la vie tout est question de priorité »). Elle l’encourage à s’entraîner, balise la journée pour que sa fille puisse jouer le plus souvent, corrige les erreurs quand elle entend une fausse note. Elle interdit les sports qu’elle considère « à risque » pour lui éviter des blessures aux mains. Elle n’autorise pas les sorties qui empiètent sur les temps de pratique. Ses exigences (que connaissent nombre d’enfants poussés vers la performance) sont peut-être discutables mais c’est Manel accepte la situation sans broncher. Pas d’imprévus dans son emploi du temps, sa vie est rythmée par les entraînements. Cela lui suffit. En fait elle se sent bien dans un cadre strict qui la rassure et fait le bonheur de sa maman.

Nahïl, le grand frère accepte mal la situation, il fait de l’ombre au tableau idyllique que forment Manel et sa maman. Il reproche explicitement à sa mère de mettre trop de pression sur les épaules de sa petite sœur, de ne pas la laisser vivre sa vie d’enfant. Manel est partagée quand elle voit son frère et sa mère se disputer. Elle les aime tous les deux. Elle sait également que chacun l’aime en retour. Elle sent bien que quelque chose cloche mais elle ne comprend pas les enjeux de toutes ces tensions.
En fait le plaisir de jouer de Manel est très personnel. Elle joue pour elle et pour prouver sa virtuosité aux adultes qui la suivent. Elle n’a aucune envie de partager sa musique et éprouve une crainte viscérale de lâcher prise en jouant. Elle n’a pas vraiment conscience des ses propres envies. Les épreuves auxquelles elle va devoir se confronter vont lui permettre de s’ouvrir sur d’autre horizons et d’envisager de nouvelles priorités.

Manel et ses pouvoirs

Le violon de Manel ne lui sert pas uniquement à jouer. Grâce à lui elle arrive à agir sur le réel de façon étonnante. Il lui suffit pour cela de tirer un son ressenti au plus profond d’elle-même sans forcément utiliser son archet. Ainsi elle fait tourner les pages de son cahier de musique en faisant glisser un doigt sur le vernis du violon, elle arrive à dévier un ballon de foot juste en frappant le dos de son violon avec le plat de la main, …

Dans un premier temps Manel utilise son don uniquement pour elle, comme un jeu dont elle-seule connaît la règle. Cela lui permet de dominer en toute impunité. La bagarre qu’elle provoque dans la cour de récréation en s’amusant à faire dévier un ballon de foot est violente. Sa jubilation dans l’action peut même paraître assez malsaine. Manel n’a pas encore pris conscience de sa puissance ni des effets néfastes qu’elle peut provoquer. Elle n’est pas méchante mais elle ne distingue pas encore ce qui est de l’ordre de l’amusement et ce qui touche à la transformation affirmée (voir irréparable) du réel. Son pouvoir touche à l’imaginaire et ouvre à tellement de possibles.

Les circonstances vont l’amener à agir pour les autres. Elle va faire preuve d’une réactivité certaine, de beaucoup d’ingéniosité et de compétences incroyables. Elle trouve le moyen de sauver des enfants coincés dans des arbres en produisant des sons qui cassent les branches, elle arrête un bus en plein course grâce à un son hyper strident, elle sauve ces deux amis en trouvant une mélodie qui ouvre un espace sonore vers eux et qui permet de les repérer. Manel s’approprie de mieux en mieux son pouvoir. Elle fait confiance à son instinct pour trouver le son, la vibration adéquate qui agira comme elle le souhaite. Et elle réussit !

Manel s’épanouit grâce à la maîtrise de son pouvoir. Elle comprend l’importance de posséder un don et de l’utiliser à bon escient. Elle reconnaît et apprécie à leur juste valeur les pouvoirs de Liam, Anouk et Victor. Elle éprouve un sentiment d’appartenance à un groupe d’amis qui lui ressemblent et qui partagent avec elle mystère et secret. Il semble même que son pouvoir dans la bande puisse évoluer vers la manipulation d’autres instruments de musique… Elle a encore certainement d’autres talents à découvrir !

Manel et les autres

Manel et sa mère ont parfois une attitude assez méprisantes par rapport aux autres familles et aux autres élèves. Elles agissent à leur guise sans prendre en considération l’environnement social. Le regard des autres les indiffère à partir du moment où leur vie répond à leurs principes. Elles sont par exemple les seules à décider de repartir se changer lors de la rentrée en pyjama. Elles ne cherchent ni à plaire ni à déplaire, elles vivent dans leur monde.

Manel a repéré Liam et Anouk uniquement parce qu’ils ont des pouvoirs, comme elle. Elle se sent obligée de se rapprocher d’eux pour comprendre ce qui se passe. Victor, son voisin de table, ne l’intéresse pas. Elle commence juste à avoir un peu d’empathie pour lui quand elle prend conscience de son état de détresse face aux dangers qu’il induit sans le vouloir.

Manel a tout à apprendre en matière d’amitié. Sa façon de s’exprimer est essentiellement négative. Elle n’arrive pas à positiver son discours pour rassurer ou encourager ses camarades, voire pour plaisanter. Elle blesse sans le vouloir Victor en lui disant « Tu ne sers à rien ! »(p94). En fait elle a juste repris une expression de sa mère à l’encontre de son frère, elle n’a même pas envisagé la méchanceté du propos. Il lui faut l’aide d’Anouk et la complaisance de Victor et Liam pour comprendre la portée de ses mots et de ses attitudes.

Là encore Manel évolue. Sa réaction lorsque Liam et Victor sont en danger témoigne de l’attachement quelle porte à ses amis. Elle n’hésite pas à lâcher son audition pour les secourir. Elle oublie même l’importance de l’évènement. C’est même Nahïl, son grand frère, qui la ramène sur le chemin de son ambition musicale.
En gagnant des amis Manel commence à s’affirmer comme une personne à part entière. Elle va pouvoir partager d’autres bons moments avec Liam, Anouk et Victor.

Les prochains tomes suivront !

Prolongement

L’univers fantastique utilise assez facilement la musique comme support de pouvoir.
Nous avions croisé, il y a quelques années, un petit roman de Christian Grenier qui pourrait facilement être associé aux tisseurs de rêves, Un amour de violoncelle.
Un amour de violoncelle - Christian Grenier - Librairie Mollat Bordeaux

La suite des Tisseurs de rêves est déjà disponible.

Les Tisseurs de rêvesLes Tisseurs de rêves - Anouk et les liens invisibles

 

Mise en ligne, mai 2022