Nicodème en vacances

Nicodème en vacances
Auteure

Agnès Laroche

Illustratrice

Stéphanie Augusseau

Editeur

Alice Jeunesse – 2021

On retrouve avec beaucoup de plaisir Nicodème et son inséparable Minoucha.
Nicodème est en vacances à la mer. Il est tout heureux. Et ce n’est pas fini. Ses parents lui annoncent l’arrivée de quelqu’un qu’il connaît… Sans doute Violette ! Mais non…, c’est Hippolyte, son pire ennemi ! Ça s’annonce mal.
Pendant que les parents vont faire un tour, les garçons doivent se charger de déballer le pique-nique. L’ambiance est électrique. Ils sont comme chien et chat…

Mots-clés : amitié, relation parents-enfants, émotions

Présentation générale

Nicodème est en vacances à la plage avec ses parents. Son papa lui annonce une visite-surprise. Le cœur battant, Nicodème espère qu’il s’agit de Violette, la petite fille dont il est amoureux. Mais la désillusion est violente : Il ne s’agit pas de Violette mais d’Hyppolite, son « pire ennemi », et de ses parents.

Pendant que les adultes s’éloignent sur le sable pour discuter, les deux petits garçons sont chargés de préparer le pique-nique sur la nappe. Avec réticence, ils se retrouvent tous les deux à partager la même tâche. Quand soudain, le chat de Nicodème et le chien d’Hyppolite, qui n’ont pas l’air de beaucoup s’aimer non plus, font voler tout le pique-nique en l’air dans une belle pagaille. Consternés, certains de se faire gronder, les deux enfants sont obligés de s’unir pour tenter de remettre tout en état.

Quand les parents reviennent, ils sont bien surpris du résultat : Un magnifique gâteau de sable décoré de fruits, de pain et de chips…mais totalement immangeable ! Qu’à cela ne tienne, une seule solution : La maman d’Hyppolite, face au désastre, propose de tous finir au restaurant de la plage ! Nicodème et Hyppolite, pour la première fois, se sourient. Peut-être après tout peuvent-ils devenir amis ?

Notre avis

Nous aimons bien Nicodème, le petit garçon timide qui, depuis le premier album, apprend à faire face à ses émotions d’enfant et à les apprivoiser. Il y a eu « Nicodème », « Bon anniversaire », « Parce que », « Le cadeau », « Le Noël de Nicodème » et cette fois « Nicodème en vacances », retenu comme coup de cœur par notre association pour les enfants non-lecteurs.

L’autrice, Agnès Laroche, écrit des romans et des albums, s’essaie à des genres différents et ses livres s’adressent aux jeunes, de la petite enfance à l’adolescence. On y trouve des albums pour les plus petits, des récits de vie, des polars, des récits d’aventure, des histoires imaginaires…Elle écrit aussi des fictions pour la radio. Elle a reçu de nombreux prix dont le prix des libraires du Québec en 2014 pour « Le cadeau ».

Nicodème est donc en vacances avec ses parents et son chat. C’est un petit garçon très mignon, bien élevé qui fait des bêtises à sa mesure. Lui et Hyppolite obéissent en principe à leurs parents, qui sont eux-mêmes très « bienveillants » ; nous sommes dans la classe moyenne, avec vacances à la plage et restaurant entre amis. Finalement, cette simplicité-là, de temps en temps, elle repose et elle est plutôt sympathique…

Cette ambiance bon enfant va permettre à l’autrice d’insister sur la gamme des émotions. La narration, bien rythmée, donne au texte quelque chose de vivant qui accrochera forcément les jeunes lecteurs à cette micro aventure. On leur parle à leur hauteur et les émotions dont il est question, dans leur apparente simplicité, leur seront familières, proches de leur vécu.

Dans cet album, il est question de l’inimitié. Oui, cela arrive à tous les enfants de ne pas éprouver de sympathie pour quelqu’un, voire de le considérer comme « le pire ennemi », et oui, parfois, les circonstances font que le regard qu’on porte sur cette personne change et s’ouvre sur un nouvel horizon. Nicodème et Hyppolite, amenés à être solidaires pour tenter de réparer la bêtise de leurs animaux préférés (et l’animosité entre le chat et le chien n’est que le reflet de celle de leurs maîtres. D’où la culpabilité…) pourront peut-être devenir amis.

La fin est gentiment ouverte mais c’est quasiment sûr, les deux enfants ne seront plus ennemis, même si le chien et le chat restent un peu perplexes ! Conclusion : On peut ne pas s’entendre un jour et devenir amis par la suite. L’inimitié peut se transformer en amitié. Du négatif au positif. Et ça fait du bien…

Les illustrations

Ce qui est aussi notable dans cet album, ce sont les illustrations et le rapport qu’elles entretiennent avec le texte qui est simple, court et facile à comprendre. Des petites complexités et de l’humour sont contenus dans les dessins. Et c’est toujours très riche quand l’illustration dit plus que le texte, voire même dans certains albums quand elle dit « autre chose ».

Ici, les dessins donnent à voir des petites scènes collatérales à l’action principale : Les autres enfants sur la plage, les mouettes qui vivent leur vie en parallèle…Les illustrations sont pleines de petites aventures, de faits-divers annexes à la narration principale. Les expressions des visages traduisent les émotions ; celles des petits garçons : l’espoir, le bonheur, la déception, la honte (le rouge aux joues…), la mise en image du sentiment amoureux (Violette fantasmée dans un nuage rose), la réconciliation ; celles des parents aussi, les sourcils froncés, les yeux ronds en pleine page sans texte quand ils découvrent ce qui s’est passé.

Les dessins posent quelques touches d’humour si l’on regarde bien : La tête du chien dans le seau, les mouettes qui font les folles au-dessus de Nicodème, la banane sur la tête de l’une d’entre elles, la queue du chat dans le dos du petit garçon…Parfois aussi le dessin donne des indices contradictoires, telle la tête du requin sur la serviette de plage en couverture, et qui semble beaucoup moins optimiste que Nicodème :Manifestement il va y avoir une ombre à l’horizon !

Stéphanie Augusseau est l’illustratrice de toute la série des Nicodème. On retrouve à chaque fois les mêmes teintes, ces petites touches de couleur à dominante rouge et vert sur un dessin doux et épuré qui semble être fait au crayon noir. Dans cet album, on note des cadrages intéressants, double-page, pleine page, fragmentation pour la préparation du pique-nique, en quatre vignettes verticales séparées qui annoncent le conflit. La représentation des parents est également originale : Sur certaines pages on ne voit pas leurs têtes, juste leur corps nous signifiant que nous sommes à ce moment-là à hauteur d’enfants et de leur regard, les parents vivant parallèlement leur vie d’adultes quand il n’y a pas nécessité d’intervenir. Dommage peut-être d’avoir caricaturé le couple des minces et le couple des gros ? On remarque également l’expressivité des visages des deux garçons à laquelle répond en parallèle celle de la tête des deux animaux. Comme si le chat et le chien, en symbiose avec leurs maîtres, partageaient les mêmes émotions et permettaient à leur animosité de se concrétiser en provoquant un beau bazar et d’évoluer ensuite vers un rapprochement. Intéressants pour finir les deux dessins de l’intérieur de la couverture qui, sans texte, avant et après l’histoire, indiquent au début qu’il va y avoir du conflit, de la colère, du danger (drapeau rouge, ciel noir, mer houleuse et chat inquiet) et à la fin l’apaisement, l’ouverture vers une possible amitié (drapeau vert, ciel clair, mer calmée et le chat ayant chaussé ses lunettes de soleil) Tout finit bien. C’est le happy end attendu. On aurait été déçus !

En résumé, un joli petit album parfaitement adapté aux jeunes enfants qui n’auront pas de mal à s’identifier aux personnages et à se sentir concernés par leurs émotions.

Mise en ligne – Décembre 2021