Sssi j’te mords, t’es mort !

Sssi j’te mords, t’es mort !
Auteur

Pierre Delye

Illustratrice

Cécile Hudrisier

Edition

Didier Jeunesse – 2009

Catégories : , , Étiquettes : ,

Tout le monde sait que le lion, roi de la savane, est le plus fort. Sauf ce sinistre serpent qui tente de le détrôner en le menaçant de mort. Seuls les témoignages des proies habituelles pourront les départager. Drôle, inattendu, ce conte est tout simplement savoureux !

Mots-clés : animaux, randonnée

Présentation générale

Qui est l’animal le plus effrayant, le plus puissant de la savane ? Le lion ? Le serpent ? Encore une fois les éditions Didier Jeunesse nous ravissent avec ce conte humoristique plein de charme et d’énergie.

Notre analyse

Cet album est un mélange de conte de randonnée et de conte de ruse de structure assez classique qui renvoie à d’autres contes connus comme Le petit chacal très malin ou Le lièvre et le crocodile : une mise en péril nécessite de gagner du temps en faisant appel à trois avis différents ; le dernier avis sera l’avis décisif : soit il sauvera le héros soit il le mènera à sa perte.

                             

Pour comprendre celui-ci, il sera indispensable de savoir ce qu’est une mangouste. Il sera aussi nécessaire d’aider à la compréhension de mots un peu complexes comme dépité, sadique, livide.., des expressions rencontrées (les minutes se prennent pour des heures », « prend la fuite et ne la lâche plus », « il a eu chaud mais il a eu aussi froid dans le dos ») ou de jeux de mots (mort sûre / morsure ; roi sans sujet et verbe sans complément). La question finale : qui est le plus fort ? (le plus intelligent ou le plus puissant ?) peut amener à des échanges intéressants. On pourra aussi s’interroger sur la demande d’arbitrage : est-ce une vraie demande ? Quelle est la situation des animaux par rapport à leur roi ?

La typographie aide à la lecture orale : sifflements, ritournelle… On pourra aller vers des jeux de rôles ou l’utilisation de marottes pour faire vivre l’histoire aux enfants.

L’organisation de l’illustration pleine page qui intègre le texte compose un ensemble agréable et cohérent. Les collages nombreux et variés donnent du relief au texte. Il s’y glisse quelques notes humoristiques (le sac intersavane / le zèbre qui perd ses rayures…) qui créent des décalages avec l’ambiance du récit.