Dans le coeur

Dans le coeur
Auteure-Illustratrice

Nada Matta

Editeur

MeMo-2021

Tous les jours, tous les mois, tous les ans, j’attends la paix. Je rêve de paix. Dans le cœur, je suis en sécurité.
Elles ont six ans quand éclate la guerre du Liban. Dans le cœur, elles retrouvent ce que la guerre leur a appris.

Mots-clés : guerre, émotions

Présentation de l’éditeur

C’est une expérience très forte et personnelle que nous livre Nada Matta dans cet album sobre et émouvant. Celle de la guerre, de la fuite, puis de la rencontre avec une femme, un « grand cœur solide ». Cette femme a su rassembler autour d’elle assez d’amour et d’énergie pour protéger et guider des enfants dans une période incertaine, et pour leur donner l’envie de transmettre et d’aimer à leur tour.

Notre avis

Ce livre est l’histoire d’une guerre vue à hauteur d’enfant. Alors qu’elle avait six ans, son père lui a promis de l’emmener voir le centre de la ville qui était illuminé au moment de fêtes. Mais la guerre a éclaté et cette promesse n’a pu se réaliser que de nombreuses années après. Il y a comme un temps suspendu entre ces deux moments, non inscrit dans une durée précise, mais plutôt comme un temps « hors du temps », différent en tout de ce qu’elle avait connu et surtout un temps qui s’étire chaque jour sans que cette guerre ne cesse.

Le texte est très court, deux à trois phrases par page, et décrit les situations et les ressentis de jeunes enfants dans une telle situation. Cela permet aux jeunes lecteurs de comprendre concrètement la couverture qui gratte, la toilette dans une bassine, le rationnement alimentaire, le manque d’électricité, les jeux qui remplacent l’école, les soirées en grand groupe…Tout cela avec des mots simples d’enfant, sans pathos ni lamentations, mais dans une langue jolie et simple. Ce que l’enfant appelle « le cœur de la maison » est l’endroit où elle est en sécurité, où l’on peut dormir et manger, où les adultes prennent soin des enfants. Le titre « Dans le cœur » représente donc à la fois cette place où elle a passé le temps de la guerre, à l’abri mais aussi la place que toutes ces personnes ont pris dans son cœur, (elle parle de « sa sœur de cœur ») , toute la gratitude et l’amour qu’elle leur porte.

Dès la couverture, la force des illustrations nous saisit.

On y voit le visage d’une enfant au travers de fleurs qui forment comme un grillage. Un mélange de nature et de prison qui correspond à ce qu’elle raconte : un hébergement contraint par protection mais dans un environnement néanmoins apaisé et proche de la nature.

Ces illustrations représentent la majeure partie de l’album. Elles sont situées en regard des phrases et réalisées à l’aquarelle. Elles alternent les couleurs de vie, guirlandes multicolores, tissus des femmes, lumière des bougies, nature de la mer et de la forêt et couleurs de guerre, noir quand elle éclate avec des coulures (de pleurs ? de sang ?), noir de l’attente, de la peur, de l’inaction et de la désolation des destructions. Petit à petit, la couleur revient avec la nouvelle maison, les camarades, les arbres, les fleurs et l’eau. Pour retrouver à la fin du récit, les guirlandes du début de l’histoire, comme une fermeture de parenthèse dans sa vie puisqu’elle va pouvoir enfin découvrir la ville dont la visite était restée en suspension. Les portraits sont touchants avec leurs sourires timides, leurs larmes, leurs peurs. L’ensemble est lumineux et plein d’espoir.

C’est un hymne d’amour et de tendresse dans un contexte de guerre, des petites bulles de bonheur qui montrent que la vie continue, comme l’enfance qui s’y déploie.

Voilà un album sensible, riche et émouvant, où l’autrice remercie celle qui lui a permis de vivre durant cette longue période et évoque les liens forts qui s’y sont créés. Un album à hauteur d’enfant, sans analyse du conflit mais avec juste ce qui se passe dans la tête d’un enfant pendant une guerre. Un livre qui devrait déclencher des échanges et faire comprendre la réalité de la vie dans ces conditions.

Ce livre magnifique est complexe, c’est pourquoi nous le conseillons à partir de 9 ans.

Basée sur la guerre au Liban vécue par des enfants, elle est racontée à trois niveaux différents.
• Le premier niveau est le récit en JE, par la narratrice, des conséquences de la guerre sur la vie quotidienne d’une fillette. Plus d’école, plus d’amis, plus de repas et plus de sommeil. Sa famille se réfugie dans une grande maison qui abrite d’autres enfants. Là, elle découvre une autre vie, avec de nouveaux camarades, des privations, une vie en communauté mais aussi de beaux moments partagés à la mer ou en forêt. Vingt ans plus tard, elle découvre enfin le côté de la ville où elle habitait et où elle n’avait pas pu aller à cause de la guerre.
• La deuxième histoire est écrite sur une seule page, à la suite de la première, et raconte, toujours en JE, la vie pendant la guerre de son amie Nana qui, elle, a perdu ses parents durant la guerre qu’elle a passée dans un orphelinat avant d’être à son tour accueillie dans la grande maison où se trouvait la narratrice. Avec la même structure de fin, vingt ans plus tard, quand elle regarde ce que le conflit lui a pris.
• Enfin, dans la troisième partie, sur un haut de page, l’autrice nous éclaire en revenant sur le lien qui existe entre elle et Nana, sa « sœur de cœur » et sur le personnage de sa « tante » qui a accueilli de nombreux enfants à cette période pour leur permettre de continuer à vivre en marge des horreurs.
Il faut donc comprendre que cette histoire est celle d’une amitié entre deux fillettes et un hommage à une tante qui leur a fait traverser cette guerre.

Pour aller plus loin

Cet album entre très fortement en résonnance avec A qui appartiennent les nuages de Mario Brassard et Gérard Dubois aux Editions La Pastèque (2021). Dans cet album, une adulte revit des moments difficiles de son enfance durant une guerre. Il a été primé au festival de Bologne 2022.
À qui appartiennent les nuages?

De la même autrice, retrouvez Petite Pépite, paru en 2016, prix Sorcières 2017

Petite pépite

Vous pouvez suivre l’autrice, Nada Matta sur son compte facebook

Mise en ligne, mai 2022