Oscar et Albert

Oscar et Albert
Auteur-Illustrateur

Chris Naylor-Ballesteros

Editeur

Kaléidoscope – 2022

Oscar et Albert ADORENT jouer à cache-cache ! Albert est persuadé d’être un as du camouflage… mais en vrai, il est SUPER NUL. Oscar le trouve À TOUS LES COUPS. Alors, pour faire plaisir à son ami, Oscar sera-t-il prêt à lui concéder la victoire ?

Mots-clés : amitié, jeu-défi

Présentation générale

Nous connaissons tous Laurel et Hardy. Voici Oscar et Albert, le petit renard et le gros ours ! L’un porte un bonnet bleu, l’autre une écharpe rose. L’un a le poil droit, l’autre le poil bouclé. L’un parle, l’autre se tait. Ce sont deux amis, deux vrais amis. Ils aiment beaucoup jouer à cache-cache. C’est le renard qui compte jusque 10 et l’ours qui se cache. A chaque fois, c’est la même chose, Oscar trouve Albert avec beaucoup trop de facilité. Pourtant Albert voudrait bien gagner, alors il dit qu’il manque de temps. Oscar est bon joueur, il décide de compter jusque 100, c’est beaucoup plus long ! Ainsi Albert a le temps de déambuler pour trouver une excellente cachette dans une grotte. Mais le bout de son écharpe est resté accroché à l’arbre de départ . Qui l’a accroché ? C’est un blanc de texte et un blanc d’image, personne ne le sait. Il n’empêche que la laine s’est détricotée tout au long de son chemin. En fait Oscar n’a qu’à suivre le fil pour retrouver son ami, et c’est ce qu’il fait. Arrivé devant la grotte Oscar est devant un véritable cas de conscience : est-il préférable de gagner en criant victoire ou est-ce plus judicieux de perdre pour faire plaisir à son ami ? Par pure amitié Oscar opte pour la deuxième solution. Il se plante près de la grotte en criant « ALBERT? Où es-tu ? JE DONNE MA LANGUE AU CHAT ! ». Et Albert jubile, « c’est l’ours le plus heureux du monde ». Comme il a gagné, c’est à son tour de compter. Il se positionne, ferme les yeux et commence son comptage. Oscar court… en oubliant une toute petite chose, un fil qui pendait de son bonnet est dans la patte de l’ours et le bonnet commence à se détricoter !

Notre avis

Quelle jolie histoire ! Empreinte de douceur, de gentillesse, d’amitié sincère.

L’histoire est sérieuse, elle pose une question importante en amitié : en quoi est-ce important de s’oublier parfois pour faire plaisir à l’autre ? La réponse ici est simple : ce n’est pas facile, mais faire semblant de perdre peut apporter beaucoup de joie à un ami… et à soi-même !
Le texte est explicite sans être lourd. Le renard est persuadé du manque d’habileté de son ami et son interrogation devant la grotte est claire : «Albert sera triste s’il perd une fois de plus. Et moi, même si J’ADORE gagner… j’adore encore PLUS mon meilleur ami ! » . Son désir de gagner est totalement exprimé, il accepte volontairement d’être frustré, par amitié. C’est une leçon de vie sans être une leçon de morale. Entre facilité de décodage des illustrations et simplicité du texte, les lecteurs pourront repérer des émotions, des intentions simples et toujours positives.

Les deux acolytes sont représentés par des formes simples qui mettent en valeur la bonhomie des personnages. Le renard est une sorte de rectangle marron/blanc avec une queue, deux oreilles et un museau pointu. Il porte un bonnet à pompons bleu fluo un peu vintage, c’est son seul vêtement. L’ours a la forme d’un gros œuf porté par deux petites pattes avec deux petites oreilles sur la partie haute du corps. Ses bras forment deux brindilles. Il porte une écharpe rose fluo nouée à hauteur du cou. C’est également son seul vêtement. On dirait deux peluches toutes douces à poser sur un lit ou à prendre dans les bras. Leurs yeux sont très similaires, deux grosses boules blanches avec un iris noir. Leur bouche n’est qu’un trait déformable selon les situations.

Ces deux personnages expriment par leurs postures, par leurs regards une multitude de sentiments. Le renard est désabusé quand il trouve trop facilement son ami, il est ravi de trouver le fil rose qui lui permettra de suivre la trace, un peu déconcerté quand il réfléchit à la meilleure solution, trop content quand il voit son ami heureux… L’expression de l’ours est difficile à décoder sur la première de couverture et les premières pages, il semble heureux mais un peu rêveur, un peu ailleurs. Il est heureux de courir se cacher, étonné quand le nombre « 100 » résonne, heureux quand il gagne, coquin quand il tend le bras vers le fil du bonnet, taquin lorsqu’il fait un clin d’œil au lecteur à la dernière page. Ce dernier clin d’œil final renvoie aux premières pages. Albert n’est peut-être pas si nul que cela, pas aussi rêveur qu’il n’y paraît, Oscar peut toujours parler ! Les regards entre les personnages sont amusants et là encore très expressifs. Ils témoignent du lien amical fort qui les unit.

Les couleurs flaschies des accessoires vestimentaires nous font penser aux personnages roses fluo de Béatrice Allemagna. Elles focalisent le regard sur les objets pour ne pas perdre le fil du récit. Outre le jeu de cache-cache entre Oscar et Albert, Chris Naylor-Ballesteros joue avec son lecteur en lui faisant parcourir les pages le long du déroulement du fil de laine. C’est un plaisir de suivre les courbes, les contours, les montées, les descentes, toutes les sinuosités que laisse Albert en courant se cacher. Un plaisir rallongé par le temps de comptage car compter jusque 100 prend du temps, au moins trois pages ! Il y a aussi beaucoup d’esprit dans ce détricotage-retricotage qui ouvre sur une fin humoristique au détriment d’Oscar pour la plus grande joie d’Albert.

Oscar et Albert est une vraie histoire à compter et à raconter pour tous les enfants à partir de 4/5 ans.

Un album plaisir à parcourir sans modération !

 

Pour prolonger la lecture

Un livre qui se détricote !

Un livre avec fluo !

 

Mise en ligne en novembre 2022