Peur dans la neige

Peur dans la neige
Auteure

Beau Sandrine

Editeur

Mijade – coll Zone J – 2019

Mais quelle idée d’emporter ce trésor…
Voilà Fleur, son frère Julius et leur grand-mère Mamilia embarqués dans une série noire.
La curiosité est parfois un bien vilain défaut !
Un roman policier haletant, trépidant, pour jeunes lecteurs qui risquent bien de ne plus lâcher cette histoire jusqu’à la fin.

Mots-clés : fratrie, mystère, nature-écologie

Narration

Fleur et Julius, jumeaux de 12 ans, passent leurs vacances chez leur-grand-mère à la montagne. Une nuit, Fleur aperçoit une lumière dans le bois proche. Elle décide d’aller voir ce que c’est et trouve un sac enterré au pied d’un chêne. Quand elle voit qu’il contient de l’argent, des bijoux et une toile peinte, elle décide de le garder pour le donner à ses parents qui sont dans une situation financière difficile.

Mais son frère pressent qu’elle lui cache quelque chose. Il lui fait avouer sa découverte et décide de remettre le sac en place pour ne pas avoir d’ennuis. Là commence une cascade d’événements car celui qui avait caché ce butin va chercher par tous les moyens à le récupérer.

L’histoire va subir de nombreux rebondissements et bien se terminer, heureusement.

Notre avis

Cette histoire se déroule en passant d’un personnage à l’autre. Même si ce n’est pas une suite de points de vue car ils ne racontent pas eux-mêmes un épisode, c’est une narration alternée qui se place à chaque chapitre du point de vue d’un des protagonistes. L’enchaînement permet d’éclairer des points non explicités précédemment et donne une compréhension aisée des actions et du déroulement de l’histoire. La lecture est donc facile pour de jeunes lecteurs.

Les personnages sont bien campés : les jumeaux, opposés en caractère, sont néanmoins très proches et se complètent parfaitement. Leur grand-mère, Mamilia, a un caractère bien trempé. C’est une force de la nature malgré un handicap qui lui a fait perdre l’usage de ses jambes. Elle a un langage un peu trop vulgaire à notre goût car cela n’apporte rien à l’affaire.
L’important est qu’ils sont très liés tous les trois et qu’ils vont s’épauler mutuellement dans une situation de crise.

La situation devient effectivement compliquée puisque celui qui veut récupérer son sac va ramener Julius à la ferme et l’obliger à lui restituer « son » bien. Cela va nous mener dans les différentes pièces de la maison, chambres, grenier, cave… certaines avec des secrets. Cela va permettre au lecteur de découvrir les réactions des différents personnages dans des moments critiques : poursuite, caches, menaces, ligotages, coups, surprises …

La tension monte peu à peu, le lecteur est constamment sur le qui vive, attendant le prochain rebondissement. L’ensemble est très bien monté et tient en haleine jusqu’à la fin. Le cadre tient aussi une place importante puisque tout ceci se passe en montagne, près de la frontière suisse, dans une ferme isolée, par temps de neige. De quoi créer un huis clos qui va alourdir l’ambiance générale.

L’épilogue est un peu trop vite déployé et un peu trop gentillet. S’y mêlent une histoire d’amour, un lien avec un cambriolage non élucidé, une réussite artistique et des problèmes familiaux résolus. Il n’y a pas de retour sur l’attitude initiale des enfants : a-t-on le droit de prendre et garder ce que l’on trouve ? Y aurait-il eu une autre façon d’agir pour être en sécurité ?
Il est à noter que la pièce cachée qui intervient dans l’histoire servait d’abris aux juifs durant la seconde guerre mondiale. Ce point serait à développer avec les enfants afin qu’ils comprennent la note de dernière page de l’autrice sur ce point.

C’est un petit roman facile à lire, bien monté au niveau de son intrigue et très bien adapté aux jeunes lecteurs qui ne manqueront pas de se plonger dedans avec délectation et peur maîtrisée. A recommander à ceux qui aiment les frissons et l’inattendu.

Un collégien présente ce livre avec beaucoup de passion dans une vidéo que nous vous proposons de consulter.

L’autrice

Sandrine Beau a déjà beaucoup écrit pour la jeunesse, et dans tous les genres littéraires. En dix ans, elle a publié plus d’une centaine d’ouvrages et a reçu de nombreux prix.
Pour ce livre, elle a obtenu deux prix : Le prix des Incorruptibles et le Prix Chronos (Suisse)

Plusieurs de ses livres ont été traduits au Egypte, en Chine, en Bolivie, en Corée, en Italie, en Grèce et en Espagne.

Ses histoires sont publiées chez Mijade Editions, Alice Jeunesse, Poulpe Fictions, Talents Hauts, Milan Editions, Belin Jeunesse,… Ou encore jouées sur scène, par la Compagnie théâtrale Teraluna.

Pour en savoir plus allez découvrir son site.

 

Septembre 2021